Le sachet d'Instant Oats, encore en phase bêta.

Le sachet d’Instant Oats, encore en phase bêta.

J’ai eu la chance d’essayer, lors de sa phase bêta, le porridge Instant Oats de Queal.

Alors déjà, je ne savais même pas exactement ce qu’était un porridge. Je n’en ai jamais mangé. Pour moi, c’était une sorte de curiosité vaguement anglo-saxonne, peut-être nord-européenne, associée à une espèce de plâtre, plutôt rustique. Ceci dit, les porridges semblent venir à la mode chez nous, j’ai pu voir plusieurs petites timbales en plastique, en grande surface, à faire réchauffer au micro-onde. Bref, un porridge, c’est une bouillie d’avoine (écrasée, en semoule ou en farine), faite avec de l’eau ou du lait chauds, et c’est un plat vieux comme le monde.

Queal a conçu cette recette pour rallier à la smartfood ceux qui ne pouvaient pas concevoir de boire des repas liquides, qui voulaient quand même quelque chose de chaud, qui puisse se mâcher. Car attention, on est bien ici en présence d’un vrai repas complet, avec l’ensemble des nutriments et vitamines nécessaires au corps humain, sur la base classique d’un apport de 2000 kcal/jour. C’est une proposition fort intelligente, et une très bonne idée de la part de Queal. Cette nouvelle déclinaison d’aliments « normaux », bien connus, mais enrichis pour en faire des repas complets, se situe dans la même lignée que le muesli Granola de Huel, ou la future pâte à tartiner au chocolat de Feed (tiens, au fait, que devient-elle, celle-là ?)

Pour quelqu’un qui a déjà l’habitude de prendre des céréales le matin, la transition sera facile. Étant en ce moment sur le Granola de Huel, je suis ravi de cette nouvelle idée de Queal. Un plat chaud et bien bourratif est idéal pour la saison froide – car, ainsi que nous le savons tous, « Winter is coming », n’est-ce pas. Par contre, si vous êtes plutôt croissant / tartine de beurre-confiture / jus d’orange, le saut psychologique risque de faire mal. Même chose si vous êtes plutôt bol instagrammable de kiwi / amandes / baies d’acaï – mais il y a peu de chance que ceux-là me lisent, fort heureusement.

Instant Oats, la dégustation

du porridge Instant Oats dans un bol.

Ça ressemble à du muesli, en un peu plus poudreux.

À l’ouverture, le sachet dégage une agréable odeur de céréales, très douce. Les flocons d’avoine sont accompagnés d’une fine poudre de fraises déshydratées et de nutriments, et de canneberges séchées ; l’ensemble possède une couleur rose pâle. La préparation est on ne peut plus simple : 100 g de flocons dans un bol, 100 ml d’eau bouillante, on mélange bien, et c’est prêt. À l’usage, 100 ml d’eau peuvent apparaître assez peu, ça devient vite très plâtreux, surtout vers la fin, mais ça me convenait. De toute façon, on fait comme on veut. Le goût est tel qu’annoncé par l’odeur : très doux, presque fade. Le goût des fruits rouges est très discret, je l’aurai peut-être préféré un peu plus marqué, quitte à rajouter de l’arôme. Les morceaux de canneberges sont un régal. Le tout est consistant, et donne à mâcher, mais sans croquer.

Instant Oats, fiche nutritionnelle provisoire.

Instant Oats, fiche nutritionnelle provisoire.

La dose de 100 g apporte 315 kcal, avec 11g de sucre (une petite partie doit venir du sucre de canne ajouté, lequel arrive seulement en neuvième position des ingrédients, c’est bien) et 0,5 g de sel. Bien entendu, la recette, encore en version bêta, est susceptible de changements. L’ensemble est vegan, et contient un peu de sucralose.

La satiété est immédiate, et reste présente sans aucun problème jusqu’à midi. On se sent bien nourri, sans être gavé, avec l’énergie nécessaire.

En conclusion, une excellente découverte, qui donne vraiment envie de recommencer. Chaud et très nourrissant, ce porridge sera vraiment parfait pour les matinées froides d’hiver, et c’est avec impatience que j’en attends la sortie définitive pour en faire mon petit déjeuner standard. Le prix définitif n’est pas encore connu, mais on sait déjà que l’Instant Oats sera disponible en sachets mono-dose de 100 g ou en gros sachets de 500 g.