Après des mois d’attente, la gamme Thierry Marx Bio de Feed est enfin disponible, à l’issue d’un lancement en fanfare dans un palace parisien, en présence du chef Thierry Marx lui-même. Nous sommes clairement devenus en France la référence des repas tout-en-un hautement qualitatifs, avec des recettes audacieuses et inventives ; pour la toute première fois en Europe, un grand chef participe à l’élaboration d’une recette, et apporte sa caution aux innovations de la smartfood. Gourmandise, technique et ingrédients précieux : mais quels arguments va-t-il encore rester aux détracteurs des repas en poudre ? Il est clair que Feed porte ce secteur, encore tout jeune, avec un dynamisme qui force le respect. Et les partenaires financiers suivent : la société d’Anthony Bourbon vient encore de lever 15 millions d’euros, qui serviront, promet-on, à attaquer le marché américain.

Feed bio, une gamme hautement qualitative, au prix fort

Alors certes, la douche est un peu froide, pour ceux qui voulaient s’en faire un stock : les prix demandés pour ces nouvelles références atteignent des sommets. 6,50 € la barre de 400 kcal, 7,90 € la bouteille de 636 kcal ; on n’est pas encore sur les tarifs du stratosphérique Ambronite, mais on s’en rapproche. C’est oublier que Feed a placé la barre très haut, avec cette gamme : ingrédients rares, variés et bios, marque Thierry Marx, certifications AB, tout ça se paye et s’en ressent évidemment sur le coût final. Bien sûr, la comparaison avec un plat déséquilibré pris dans une brasserie est toujours au net avantage de la poudre. Cette gamme semble cependant plutôt s’adresser à la consommation occasionnelle et ponctuelle dans les rayons restauration rapide des petites surfaces de centre-ville, plus qu’à la consommation régulière quotidienne ou bi-quotidienne. Espérons quand même que la disponibilité en sachets de 5, voire 20 repas, permettra de faire baisser un peu le prix unitaire.