Le marché des repas en poudre basiques est décidément vraiment encombré. Deux tout-en-un ont attiré mon attention récemment : le néerlandais (encore un !) MealBlend et l’italien Bivo.

MealBlend, le faiseur sans originalité

MealBlend m’a contacté pour que je fasse un test de leur poudre, mais je ne le ferai pas. Je ne ferai plus de tests de poudres qui sont de simples copies des recettes des autres. Surtout une énième poudre cheap à base d’avoine, maltodextrine, soja et whey, et aux arômes aussi fabuleux que chocolat, vanille ou banane… Une poudre qui aurait pu être révolutionnaire il y a 3 ou 4 ans, mais qui arrive sur un marché complètement défriché maintenant par les Jimmy Joy, Queal ou Smeal. Un site fait à la va-vite et mal sécurisé, sans informations techniques ni explications de leur démarche, ni même une liste complète et précise de leurs ingrédients. Ressentent-il une gêne ? Les rares informations qu’ils donnent sur leurs composants n’osent même pas nommer correctement leurs ingrédients : « glucide de maïs » pour maltodextrine, « anti-clumping agent » ou « sweetening agent » pour… on ne sait pas, peut-être dioxyde de titane et sucralose. Et puis, ces fabricants qui montrent de belles photos de fruits, alors que leur produit ne contient qu’un arôme… Son seul intérêt est la commande de sachets mono-doses à l’unité. Bref, inutile de dire que j’ai sorti mon plus bel anglais pour décliner leur offre. À oublier.

Bivo, le régime crétois

Le Starter Kit de Bivo

Le Starter Kit de Bivo

L’autre découverte est Bivo. Ceux-là sont un peu plus impliqués dans leur produit, et ça se voit : publication de l’étiquette nutritionnelle, liste complète des ingrédients avec indications de leur grammage, dont certains originaux, comme l’huile de bourrache, la dolomite pour les calcium et magnésium, ou les baies de camu-camu. On est quand même sur une base d’avoine + maltodextrine (ces deux-là pèsent pour 120 g, sur les 165 g d’un sachet !), mais un effort de démarcation est fait. Trois variantes sont disponibles : nature et arômes café ou fruits rouges.

En bon Vénétien, Bivo revendique l’équilibrage du régime dit méditerranéen : la répartition énergétique se faisant essentiellement sur les glucides (55 %) et les lipides (30 %) et moins sur les protéines (10 %). Bivo ne prétend pas pour autant être un repas tout-en-un réellement complet : seulement 17 vitamines et minéraux sont présents d’après leurs données, au lieu des 27 recommandés. Le site parle d’ailleurs, à plusieurs reprises, des « principales vitamines et minéraux » : il manque ainsi les vitamines A, D et K, ainsi que les minéraux chlorure, phosphore, cuivre, choline, chrome, molybdène, et iode. À noter enfin que Bivo est sans édulcorant et quasiment sans sel (0,04 g pour 100 g). Pas inintéressant, donc, si on garde à l’esprit qu’il ne faudra pas compter sur lui à 100 %. La poudre est quand même à 4 € le repas, ce qui n’est pas donné pour une base avoine + maltodextrine.

Bivo, sachet mono-dose de 165 g pour 685 kcal, 48 € les 12 sachets (soit 4 € le repas), shaker BlenderBottle Classic offert à la première commande. Starter Kit (1 repas de chaque saveur et 1 shaker) à 14,50 €. Frais de port en sus de 13,49 € pour la France (gnéééé ?!?).