La variante Spéculoos est la toute dernière création des français de Smeal ; bien qu’elle soit associée dans l’imaginaire collectif aux saveurs d’hiver et de Noël, le fabricant nous a confirmé qu’au vu de son excellent accueil, elle serait intégrée à sa gamme de façon durable, toute l’année. Et c’est une très bonne nouvelle, car cette recette se savoure vraiment comme un délicieux gâteau.

Dès l’ouverture, on est pris une adorable odeur de cannelle, qui donne envie de manger la poudre directement à la cuillère. Une sensation qui se retrouve ensuite à la dégustation : le goût de cannelle est franc, sans détour, bien dosé. Pour le reste, on est toujours sur le terrain bien connu de Smeal : jolie couleur, rondeur bien lisse et fluide en bouche, sans aucune graine ni particule (même si on aperçoit un peu dans la préparation, on ne les sent pas sur la langue), satiété satisfaisante sans cependant être aussi performante que Huel ou Vitaline.

Je me suis basé, comme toujours, sur un repas à 660 kcal, soit environ 160 g, pour 500 ml d’eau (un sachet de Smeal fait 2000 kcal pour 480 g), que j’ai laissé épaissir trois heures au frais.

Ce parfum spéculoos confirme ce qu’on avait déjà vu sur les autres déclinaisons de sa gamme : Smeal est la marque qui propose les parfums les plus prononcés, immédiatement reconnaissables, voire puissants et la consistance la plus fluide. C’est bien sûr une pure affaire de goût, mais le fabricant a ainsi clairement su trouver sa place, par rapport à ses concurrents comme Joylent ou Queal, qui sont sur des arômes plus discrets et des consistances légèrement plus granuleuses.

Et Smeal ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, avec sa prochaine étape : un nouveau parfum salé, velouté de champignons. Espérons qu’il sera aussi goûteux que leur très bon Légumes du potager !