S’il y a une marque qu’on avait enterrée avant même de l’avoir découverte, c’est bien Pulve : le fabricant ne donnait plus aucune nouvelle, ni sur les réseaux sociaux ni sur son site web depuis des mois et son dernier message, daté de mai dernier sur Facebook, se faisait l’écho de graves difficultés.

Apparemment elles ont été surmontées, puisque le fabricant néerlandais vient d’annoncer la disponibilité immédiate de sa recette 2.0. Une fois de plus, ce sont des fournisseurs et partenaires qui sont en cause, et n’ont pas respecté leurs engagements. Du Royaume-Uni aux Pays-Bas en passant par les États-Unis, les mêmes échos reviennent sans cesse : travailler avec l’industrie agro-alimentaire semble être un véritable calvaire, qui peut vraiment mettre à mal un business-plan sans filets ni plan B.

Le repas en poudre Pulve 2.0 se base sur 2124 kcal/jour, réparties en 4 sachets-repas de 510 kcal. Il est composé essentiellement d’avoine, de petits pois, d’huile de tournesol, de graines de lin, de lupins et de fibres alimentaires inulines. Le tout est complété d’un complexe de vitamines et minéraux. Cette composition, sans maltodextrine ni soja, le classe dans ma catégorie « aliments peu transformés + complexe vitamines/minéraux », avec Huel, StonerShake et Vitaline. Sans lactose, il est vegan. Les ingrédients sont de fait sans OGM, sans que Pulve y soit opposé (dans leur FAQ : « Pulve does not necessarily oppose it. It’s just not in the product. One of the reasons is because we source every ingredient from the European Union. », exactement la même position que Queal.)

On pourra regretter qu’un seul goût soit disponible : vanille pour tout le monde !

Les prix vont de 3,47 € le repas en version d’essai sans shaker, à 2,24 € le repas, avec shaker inclus, pour des commandes en quantité. Le shaker offert semble être un BlenderBottle Classic ancienne édition (sans la boucle de transport), comme celui de Joylent. Frais de port offerts vers la France, y compris, et c’est assez rare, les frais de retour si vous n’êtes pas satisfait.

Pour le conditionnement, Pulve a fait le choix du paquet mono-repas, de 510 kcal. Je n’ai jamais trop aimé ce format, qui génère beaucoup trop de déchets, prend plus de place, et ne permet pas de doser selon les besoins individuels. Mais côté emballage, reconnaissons que Pulve a trouvé un bon compromis : son Doypack, fabriqué en cellulose et huile végétale, est entièrement biodégradable. Pour autant, Pulve déconseille vivement de le jeter n’importe où dans la nature !