Deux articles récents qui permettent de réfléchir sur la sociologie des repas en poudre.

Leur thèse est la suivante : les repas en poudre existent depuis longtemps (SlimFast ou Shakeology, pour ne citer que les plus connus), mais s’adressaient plutôt aux femmes. La grande trouvaille de nos nouvelles poudres est en fait de s’adresser aux hommes, et geeks. Ce qui est un sujet de moqueries devient du même coup, par macho-centrisme, un sujet tendance.

https://www.theguardian.com/technology/2016/apr/01/food-technology-soylent-slimfast-juice-fasting

Et c’est ce changement de cible qui permet, en plus, d’attirer les investisseurs, qui se montrent plus intéressés par les projets pro-hommes que pro-femmes :

http://nymag.com/thecut/2016/04/soylent-appeal-investors-start-up-men.html